Archive for the ‘Uncategorized’ Category

L’Athénée Roumain

Posted: June 5, 2014 in Uncategorized

L’Athénée roumain  (en roumain : Ateneul Român), est le monument le plus représentatif de Bucarest.

La construction est unique par son emplacement, par son histoire, par son architecture, par la vie culturelle qui frémit au cœur de Bucarest.

Image

Situé sur la Calea Victoriei et la place de la Révolution, l’Athénée a un ‘entourage’ très sélect, à savoir: l’Hotel Hilton Athénée Palace (arhitecte Théophile Bradeau), lieu de rencontre des espions pendant la Seconde Guerre mondiale, Biblioteca Centrală Universitară – la Bibliothèque universitaire centrale (architecte Paul Gottereau), incendiée lors de la révolution de 1989(on a été détruit plus de 500.000 volumes détruits, des cartes anciennes et environs 3.700 manuscrits appartenant à des personnalités célèbres de la culture roumaine),Muzeul Național de Artă al României Le musée national d’art de Roumanie , l’ancien Palais Royal de Bucarest (architecte Paul Gottereau), qui a été le premier bâtiment de Bucarest muni d’une installation de distribution d’énergie électrique.

Image

Histoire tourmentée: ancien verger d’une famille de nobles roumain, dont le terrain devait, ultérieurement, deservir un manège équestre ou un cirque, transformé en bâtiment consacré aux arts et à la culture suite  à  une souscription nationale organisée afin de collecter l’argent nécessaire à cette réalisation (collecte publique qui dura presque une trentaine d’années, entamée sous la devise ‚Donnez une leu pour l’Ateneu!’ – Dați un leu pentru Ateneu).

Image

 

Doté d’une grande salle de conférences (le 29 décembre 1919, on y a voté la ratification de l’unification de la Bessarabie, de la Transylvanie, et la Bucovine avec la Roumanie de l’époque constitué de la Valachie et de la Moldavie, pour constituer la Grande Roumanie), des salles d’expositions, d’une glyptothèque et de la Pinacothèque de l’État jusqu’à la Première Guerre mondiale, parmi les pores de l’Athénée, respire la vraie histoire de Bucharest.

Apparence monumentale à l’exterieur, l’interieur ne se dément pas: grand vestibule circulaire au rez-de-chaussée – la Rotonde de l’Athénée dont partent quatre escaliers immenses, en spirale, la fresque époustouflante de la salle de concerts représente l’histoire de la Roumanie depuis la conquête de Trajan jusqu’à la formation de la Grande Roumanie qui font de l’Athénée l’édifice-symbole de Bucarest.

Un vrai berceau et temple de la culture roumaine, l’Athénée est la carte de visite de la Roumanie de jadis, actuelle, future.

Une visite virtuelle vaut le detour: http://tour.fge.org.ro

Image

de Antonia Bogdan

Advertisements

Comme les panneaux avec les noms de rues de Bucarest rappellent ceux de Paris, allons y pénétrer dans les secrets d’une rue représentative pour Bucarest, dont le nom n’est pas accidentel.

Image

Strada Franceza au gré de l’histoire.

Mentionnée pour la première fois en 1649, comme la rue de la Cour, la rue apparaît dans un document de 1659 sous le nom de la rue Royale.

Plus tard, lors la parution des ateliers des ‘islicari’ (les artisans qui confectionnaient des bonnets en fourrure qui coiffaient la tête des boyards, dont le rang était reflété par le dimension de ce bonnet) en 1789, le nom de la rue devient Uliţa Işlicarilor.

La rue a reçu le nom strada Franceza en 1798 lorsque le Consulat Français s’y trouvait. Le consul parcourait à pied la distance entre le Consulat et le nouveau palais situé sur la colline Spirei.

En 1878, elle acquiert le nom de Carol jusqu’à la chute de la monarchie (le 30 décembre 1947) l’ironie du sort fait qu’en 1949 son nom est la rue 30 Décembre.

En 1989, pour détruire toute trace du régime communiste la rue est baptisée Iuliu Maniu, à l’honneur de cet homme politique roumain, premier ministre de Royaume de Roumanie à trois reprises, président du Parti national paysan, détenu politique dès 1947 et décédé en prison.

En 2007, un boulevard s’appelle Iuliu Maniu et depuis, la rue Franceza a repris son nom de 1798.

 

Une rue-musée

L’artère mérite ce surnom, sans doute, non seulement parce qu’on y trouve une trentaine de bâtiments déclarés comme monuments historiques, mais aussi parce que certains remontent au XVIe siècle.

L’Ensemble architectural Strada Franceză de la fin du XIXe siècle renferme des maisons construites vers 1850 (pas avant vu le grand feu de 1847).

Les maisons restées debout valent le détour: La maison aux cariatides, La maison au balconnet, La maison Iulia Hasdeu, La maison au coin aplati, La maison aux encadrements, La maison des balcons, La maison de la ferronnerie, La maison-boutique, La maison ‘empire’ de Petrovici.

Une période de modernisation de la rue remonte aux années 1894-1900 (alignement des bâtiments, le pavage, l’introduction de drainage, la construction du Palais de la Poste – l’actuel Musée de l’Histoire).

Elle est la première rue pavée de pierre cubique amenée d’Ecosse (1860) et la première rue à recevoir la canalisation.

Image

Symboles
Trois bâtiments tiennent l’affiche dans cette rue :

Curtea Veche (la Vieille Cour Princière) construite en tant que résidence pendant la règne de Vlad III l’Empaleur au XVe siècle.

Hanul lui Manuc – l’Auberge de Manuc (construite entre 1806 et 1808 par le négociant arménien Emanuel Marzoian qui appelé Manuc Bey par les Turcs qui parlait plusieurs langue étrangères et était connu pour son don des affaires et sa finesse qui lui fait une place dans la vie mondaine parisienne comme auprès des religieux roumains

L’église Sf Dumitru- Posta (Saint Dimitris-Poste) derrière le Palais des Postes – l’actuel Musée de l’Histoire appelée aussi ‘l’église du serment’ (cf. coutume qui demandait au défendant et au défendeur de prêter serment devant les portes de dire la vérité).

 

Image

Des mythes urbains: L’orphelinat hanté de la strada Franceza

L’histoire orale a réservé un ‘chapitre’ spécial aux ‘âmes tourmentées’ de coins sombres des maisons de la strada Franceza. Un tel endroit est relié aux numéros 13 et 14, où des nos jour il y a un restaurant. Peu de gens savent que cette maison aux volets fermés depuis des décennies abritait jadis 203 esprits d’enfants torturés. On dit qu’il y’avait un orphelinat où les enfants de la rue étaient amenés et puis ils disparaissaient à jamais. Le propriétaire de la maison, Stavrache Hagi – Orman ne leur donnait à manger et ils ‘jeûnaient’ jusqu’à l’épuisement ravi de leurs cris de faim. Beaucoup de gens qui erraient dans la rue après minuit diraient avaient entendu des cris tels: ’Nous voulons de l’eau ! De l’Eau’

 

Petite rue piétonne, au cœur du quartier historique Lipscani (quartier de ruelles pavées), la strada Franceza est un lieu de rencontres, un cœur animé de Bucarest qui draine toutes les populations et surtout un objectif à ne pas manquer lors une visite à Bucarest.

de Antonia Bogdan

Man is not different from nature, man IS nature.

And when saying this, you realize that this is what we are all searching for during our getaways- spending time in the natural environment and enjoying its wonders.

And there is a perfect spot, in the heart of Transylvania where one can have such experiences.

The Saxon villages in Romania bring a very picturesque view to Romania, thanks to symmetry shown by the fortified churches and the beautiful houses with barns which create a second fortification. Imagine that these villages have remained almost intact since the 13th century!  Unpaved roads, village or house wells as primary water source and the scythe as the main farming instrument. This can be a normal description of such areas where traditional ceremonies, superstitions and magic charms are still performed.

HRH Prince Charles has been very attracted by these villages which are now UNESCO world heritage sites, in particular by Viscri where he has even bought a few properties and has started developing projects for the local community.

Other villages worth seeing are: Archita, Saschiz, Biertan, Prejmer, Valea Viilor or Dârjiu. You can serve a great lunch or dinner at the local inns throughout these villages. These places serve traditional Saxon and Romanian food from local production which makes the culinary experience even more pleasant!

After a day of driving through these villages, the best place to stay overnight would be in Sighișoara, the best preserved fortified town in Transylvania. This town is actually the birthplace of Vlad the Impaler and still hosts a Medieval Festival every summer.

Classy Romania blogs

Posted: April 8, 2013 in Uncategorized

We are passionate about Romania. Period. It might not be the perfect country, its people might not be perfect (but then again, who is), but we are passionate about it.

Apart from being born here, we had the chance to visit the country more than the regular Romanian. That’s why we know Romania has something to offer to every tourist in the world. Whether it’s about city life (and city night lights), or about sightseeing, about mountains or sea, Romania has them all. If you are interested in history, in music of all sorts or spent you life as a keen wildlife photographer, there is something here for you.

Our purpose is to give you the chance to see Romania through our eyes. At least in a way. We want to show you a different country from what you read in the press. With nicer people and more civilized cities. With better services than expected and great food.

Classy Romania is an in-country travel agency founded in 2012, which plans to introduce you to the last wild corner of Europe. Wild as in untamed and fresh. Classy as in good taste, quality services at the fair price. You can always check our website or this blog for the newest offers to visit Romania.

Furthermore, when we don’t organize your next vacation, we intend to introduce you to Romania as it is, through our blog posts. Make sure you follow us here and discover something new about this country. We plan to write about good food, good wine, shopping, post exquisite photos, introduce you to places and people.

So take your time to understand the Romania we grew to love. Think The Danube Delta, Garana jazz Festival, Vama Veche, Transylvania, the churches in Maramures. Think Bucharest and Cluj, the night life, talented artists. And then come visit us at home.

Madalina & Gabriela